Janiva Space

Janiva Space

Lectures


L'art de perdre d'Alice Zeniter

 

 

 

 

 

51HZJBP90mL._SCLZZZZZZZ_.jpg

 

 

L'art de perdre d'Alice Zeniter vient de sortir en livre de poche. Ce livre est une merveille et son auteure particulièrement talentueuse.

 

Française issue de la troisième génération d'une famille de harkis, Naïma en quête d'identité essaie de remonter le temps vers ses origines au travers des destinées de ses grand-parents et de son père arrachés à leur Algérie natale en 1962.  Ces destinées, elle les imagine plus qu'elle ne les connait car le silence sur les évènements passés s'impose généralement dans cette famille prisonnière d'une histoire indicible.
Au travers de cette lecture, on imagine que ce roman est en partie autobiographique et l'on sent bien aussi qu'Alice Zeniter a effectué d'innombrables recherches pour transcrire une part de vérité sur les tourments endurés dans le passé et encore aujourd'hui par une partie de la population française qui n'a pas encore trouvé son vrai encrage et que certainement nous n'avons pas su accueillir avec bienveillance.

 

En cette époque de flux migratoires, de camps de réfugiés et de replis identitaires, ce livre prend je trouve une résonance toute particulière.

 

 

 

 


13/01/2020
0 Poster un commentaire

Tout le bleu du ciel de Mélissa da Costa

78825693_15219867.jpg

 

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. Emile

 

Ainsi commence ce "road trip" un peu fou , bouleversant d'humanité, d'amitié, d'amour, de tendresse et de bienveillance. 


14/02/2021
0 Poster un commentaire

Le silence d'Isra d'Etat Rum

9782266310642ORI.jpg

 

 

Trois générations de femmes palestiniennes émigrées à New-York (années 1990-2009) et pour toutes les mêmes injonctions : Se taire, se soumettre et obéir à leur père ou à leur mari. Un seul rôle : Servir et enfanter (des garçons de préférence).

 

Ces femmes rêvent d'une autre vie, doutent, combattent, cherche à s'affranchir de l'oppression et de l'enfermement par l'évasion dans la lecture, mais leur mère et leur belle-mère sont là aussi pour les remettre sur le droit chemin, perpétuer la tradition et préserver ainsi l'honneur de la famille. 

 

Un roman poignant, inconfortable, dans lequel les mots pèsent parfois des tonnes, mais qui laisse entrevoir aussi de nouvelles issues tant le poids des traditions, des mensonges, des non-dits semble devenu insupportable pour tous.

 

 


14/02/2021
0 Poster un commentaire

Les anges et tous les saints de J. Courtney Sullivan

CVT_Les-anges-et-tous-les-saints_6491.jpg

 

 

Fin des années 1950. Les soeurs Flynn ont dix-sept et vingt et un ans lorsqu'elles quittent leur village d'Irlande pour s'installer en Amérique, à Boston. Nora, l'aînée, vit cet exil comme une épreuve et un arrachement, tandis que Théresa y voit une chance d'émancipation. Mais la volonté a parfois moins de poids que le destin ... Cinquante ans plus tard, les choix opérés durant leur jeunesse resurgissent dans l'existence des deux femmes aux parcours si différents.

 

Une saga familiale attachante sur plusieurs époques jusqu'en 2009 et  au travers de laquelle on navigue dans les méandres de destinées pas véritablement choisies. Les non-dits, un secret de famille inavouable et lancinant nous installent dans un univers intra-familial complexe et magistralement décrit par J. Courtney Sullivan.

 

J'ai lu ce livre juste après "Le silence d'Isra" d'Etaf Rum. Même si les intrigues sont complètement différentes et comme déterminées par les racines profondes, quelques similitudes entre les deux romans m'ont parues troublantes : Immigration de jeunes femmes aux Etats-Unis à peu près à la même période, récits sur plusieurs générations jusqu'en 2009, poids des traditions ancestrales, prépondérance du rôle de la mère ou de la grand-mère, non-dits sur plusieurs générations ... Chouettes lectures vraiment !

 


15/02/2021
0 Poster un commentaire

Une éducation de Tara Westover

Une-education.jpg

 

 

Enfant, Tara Westover n'a jamais fréquenté l'école, ni vu de médecins, ni même été déclarée à l'administration parce que son père, mormon, ne croyait ni en la médecine officielle, ni à l'école publique orchestrée par le diable. Il attendait la fin des temps. Alors que son père s'enferme dans ses convictions survivalistes et radicales et qu'un de ses frères cède à la violence, Tara décide à seize ans de prendre son destin en main et de s'éduquer toute seule. Sa détermination l'éloignera de ceux qu'elle aime et l'emmènera au-delà des océans, de Harvard à Cambridge sans qu'elle ne cesse de s'interroger. Quel est le prix à payer quand la loyauté envers sa famille entre en conflit avec la loyauté evers soi-même ? Une éducation est le récit d'une construction de soi et d'une rupture douloureuse. Forte de la lucidité propre aux grands auteurs, Tara Westover nous raconte comment elle est devenue adulte grâce à une éducation qui lui a appris à penser, à douter, tout en restant fidèle à elle-même. - 4ème de couverture Livre de Poche -

 

Un grand coup de coeur pour ce livre autobiographique relatant l'impitoyable emprise d'une éducation familiale souvent violente, en opposition avec la réalisation de soi.


06/05/2021
0 Poster un commentaire

Ecotopia d'Ernest Callenbach (1929-2012)

Ecotopia.jpg

 

 

Trois Etats de la côte ouest des Etats-Unis - la Californie, l'Oregon et l'Etat de Washington - décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale, baptisée Ecotopia.

 

Ce récit utopique, écrit en 1975 et classé dans la catégorie Science Fiction, est pour le moins saisissant et visionnaire tant il aborde nos préoccupations brulantes d'aujourd'hui quant à la préservation de la planète et aux voies désirables que nous devrions envisager pour demain.

 

Par le biais d'articles envoyés au Times-Post par le journaliste américain William Weston finalement autorisé à étudier ce territoire après 20 ans de rupture diplomatique avec les Etats-Unis, nous découvrons une société (dirigée par une femme) qui pourrait faire pâlir d'envie tous ceux qui constatent aujourd'hui les gâchis quotidiens qui détruisent notre planète et les relations humaines et qui se demandent s'il n'est pas déjà trop tard pour rétablir les bons équilibres.

 

Tous les thèmes importants régissant la société Ecotopienne y sont abordés au fil des revues de presse successives et du journal intime du journaliste expérimentant une profonde mutation intérieure après les doutes, le scepticisme et même l'hostilité envers cette société si différente de la sienne :

 

Alimentation, déchets, mobilité, économie, gestion de la forêt, démographie, alternatives aux plastiques, sexe et pouvoir, autogestion ouvrière, impôts et marché du travail, énergies du soleil et de la mer, médias, éducation, habitat, recherche, hôpitaux et santé publique, travail et loisirs ...

 

Ainsi, en Ecotopia, les énergies fossiles ont été systématiquement bannies, laissant place aux énergies non polluantes (soleil, vent marée, géothermie ...). Tout devient pratiquement recyclable. "Dans la nature, aucune substance n'est synthétisée si sa dégradation n'est pas assurée ; le recyclage est donc la règle". La voiture individuelle a laissé la place à des transports en commun gratuits et non polluants. Les cours d'eau et fronts de mer ont été dépollués, les usines polluantes démantelées et les forêts réhabilitées. La nature est redevenue omniprésente et l'agriculture a été définitivement débarrassée des pesticides. Les grands centres urbains ont laissé la place à de plus petites communautés autonomes. Les multinationales n'existent plus et les entreprises de taille humaine sont en auto gestion. Le travail se limite à 20 heures par semaine mais "les Ecotopiens se montrent étonnamment généreux de leur temps et il est parfois difficile de savoir s'ils travaillent ou s'amusent" tant leurs activités sont stimulées par la créativité. "Grâce aux magasins d'état et au système de revenu minimum garanti, les citoyens de ce pays ne considèrent pas les périodes de chômage comme des catastrophes ou des menaces à long terme ; bien au contraire, ils les mettent à profit pour se livrer à quelque activité créatrice qui peut les mener à créer leur propre entreprise". Le système d'assurance maladie protège les Ecotopiens du berceau à la tombe et le système de santé est très axé sur le bien-être du patient. La famille Ecotopienne est généralement élargie à la proche communauté (ce qui joue un rôle d'amortisseur en cas de coup dur) et la sexualité est plutôt libérée. "La société privilégie l'expérience et l'activité pratique plutôt que les diplômes, les références  ou les profils ... Aucun diplôme n'est absolument indispensable pour décrocher un boulot précis. "

  

La plupart des luttes écologistes d'aujourd'hui sont donc au coeur de cet ouvrage et cela interpelle car il a été écrit il y a 46 ans, à l'époque du 1er choc pétrolier ! Alors, ce récit utopique serait-t'il un chemin éclairé vers le monde de demain ? Quel avenir souhaitons-nous vraiment ? Les prises de conscience qui indéniablement s'amplifient parviendront-elles à surmonter les défis et inerties considérables qui sont déjà là, nous attendent plus encore et menacent les générations futures et l'éco-système tout entier ? 

 

 

 

 


18/05/2021
0 Poster un commentaire