Janiva Space

Janiva Space

Madagascar - Août 2012

PICT6913.JPG

 

 

 

 

Pour cet été 2012, Catherine et moi, nous avons décidé de découvrir la partie sud de Madagascar. Je dois bien reconnaître que c'est Catherine qui a tout organisé avant notre départ : le circuit sur trois semaines, le choix d'un chauffeur, les réservations par internet des hôtels, d'un vol intérieur ... Et tout c'est véritablement passé comme prévu, avec une agréable sensation de liberté car, cette fois-ci, nous étions véritablement maîtresses de nos choix, notre rythme, nos déambulations ...

 

1er jour (8 août) :

 

Aterrissage à Tananarive où nous attendait Rivo, notre chauffeur. Garçon très sympathique, qui a eu la bonne idée de créer à Tananarive sa petite société Rivo-Tours il y a quelques années pour faire découvrir toutes les régions de Madagascar à des touristes comme nous. Nous avons beaucoup apprécié sa gentillesse, sa ponctualité, sa bienveillance et sa connaissance du pays. Sa courageuse Peugeot 405 nous est restée fidèle jusqu'au bout.

 

A notre arrivée, nous prenons la RN7, direction Antsirabe avec, au passage, la visite de fonderies artisanales et nos premières rencontres avec les Malgaches.

 

 Nuit à Antsirabé, hôtel Le Trianon 

 

2ème jour (9 août) :

 

Visite de la ville d'Antsirabe, des thermes, petit tour du côté du quartier des artisans et l'après-midi, balade autour des lacs Andraikiba et Tritriva.

 


Nuit à Antsirabé, hôtel Le Trianon.

 

3ème jour (10 août) : 

 

 

Promenade dans les rizières proches d'Antisrabe avec Claudia, une guide locale. Le riz est véritablement le produit de base de l'alimentation des Malgaches qui en consomment plusieurs bols par jour. Les cultures se font souvent en terrasse et nous aimerions bien les revoir en été lorsque tout est vert ! Dans ce paysage de campagne, il y a aussi de petites entreprises familiales qui fabriquent des briques pour la construction des maisons.

 


Nuit à Antsirabé, hôtel Le Trianon.

 

4ème jour (11 août) : 

 

 

Départ pour Miandrivozo après la découverte du grand marché aux zébus d'Antsirabe. Très impressionnants tous ces marchands qui négocient ventes et achats des précieux zébus. Ils font pour certains des centaines de kms avec leur bêtes pour arriver jusqu'à ce marché. On rencontre souvent des troupeaux sur la nationale 7, artère principale du sud de Madagascar.

 

 Nuit à Miandrivozon hôtel Reine Rasalino.

 

5-6 & 7èmes jour (12/13/14 août) : 

 

 

Descente du fleuve Tsiribihina en pirogue. Pour l'occasion, nous abandonnons Rivo que nous retrouverons le 17 août. Nous navigons sur le fleuve en douceur, en faisant escale dans les villages riverains, allant à la rencontre de leurs habitants. Nous découvrons leurs modes de vie et leur artisanat local. La nuit, nous bivouacons sous les étoiles au bord du fleuve. A bord de la pirogue, l'équipe de pilotage est très sympa et nous prépare d'excellents repas. C'est pour nous aussi l'occasion de sympathiser avec deux couples de français et d'espagnols. Nous faisons aussi la rencontre de flegmatiques crocodiles !

 

 

 

Après-midi du 7ème jour, arrivée à Morondova et retour sur la terre ferme où nous attend un 4/4 piloté par un nouveau chauffeur. Ce véhicule tous terrains nous permettra de faire de la piste pendant 2 jours.

 

Nuit à Bekopaka dans le sympathique hôtel Tanankoay tenu par une française.

 

 

8ème jour (15 août) : 

 

 

Lever matinal pour découvrir le parc du Tsingy. C'est une réserve naturelle à l'ouest de Madagscar, classée au patrimoine de l'UNESCO, qui sétend sur une superficie de 157710 hectares à une altitude de 150 à 700 m. Les canyons ont des bords tranchants comme des rasoirs. Autant dire que la balade a plutôt été sportive ! Il nous a fallu mettre des harnais pour grimper dans certaines zone abruptes. Dans ce parc, on trouve aussi une végétation très luxuriante. En fait nos plantes d'appartement aux allures gigantesques, telles les ficus par exemple. C'est là également que nous avons rencontré les premiers lémuriens que les malgaches ont tant de fierté à nous faire découvrir. Ces attendrissants accrobates vivent dans les arbres et nous ont donné le spectacle de voltiges impressionnantes !

 


2ème nuit à Bekopaka à l'hôtel Tanankoay

 

9ème jour (16 août) : 

 

 

Nous traversons à nouveau le fleuve et reprenons la route en 4x4 direction Morondova. Beaucoup de piste mais quelle satisfaction de découvrir avant notre arrivée le fameux baobab amoureux et l'allée des baobabs au soleil couchant !

 


 

Nuit à Morondova - Hôtel Maeva tenu par un français assez agé, marié à une jeune Malgache. Ambiance un peu bizarre... Nous avons vue sur la mer mais nous n'aurons pas le temps d'en profiter car notre avion pour le sud décolle à 8h30. Le patron de l'hôtel nous a emmenées à l'aéroport dans sa Méharie pour le prix d'une course de taxi. C'est tout de même sympa de sa part. A propos de taxis, on trouve généralement des 4L, des R5, R11 ... nos vieilles voitures quoi ! Petite annecdote : dans l'aérogare, des chinois ont été pris en flagrant déli de photographier des cartes postales au lieu de les acheter ! Très en colère la vendeuse !

 

10ème jour (17 août) : 

 

Envol donc pour Téluar où nous retrouvons Rivo notre fidèle chauffeur. Nous prenons la direction d'Ifaty où nous avons réservé une nuit chez Cécile, française elle aussi qui, en plus de la gestion de son hôtel très sympa, gère au sein de l'association Zazamitsiky une bibliothèque dans le village. 

La journée sur la côte est très agréable et reposante. Nous regrettons un peu de ne pas y rester une journée de plus.

 

 

Nuit à Ifaty chez Cécile.

 

 

11ème jour (18 août) :

 

En cette matinée du 18 août, nous profitons encore de la plage d'Ifaty avant de repartir direction Ranohira. Les pêcheurs sont à l'oeuvre et les enfants profitent de la plage. Avant de prendre la route, nous nous arrêtons à la bibliothèque de Cécile.

 

 

Nuit à Ranohira - Hôtel Isalo Ranch

 

 

12ème jour (19 août) :

 

A nouveau, lever matinal pour la visite du parc Isalo. Ce parc de 81540 hectars se situe dans la partie sud de Madagascar. C'est un massif de l'ère jurassique, berceau d'une nature sauvage particulière et de paysages grandioses. Il est silloné de rivières et de leurs affluents. On y trouve des piscines naturelles, quelques cascades et des canyons riches en espèces florales.

 

 

 

La faune de l'Isalo est typique du climat, de la végétation et de la géomorphologie du parc. Ce sont pour une forte majorité des espèces endémiques. On y trouve notamment 14 espèces de lémuriens diurnes et nocturnes dont 8 introduites et 7 endémiques de Madagascar.

 

 

 

Côté flore, parmi les espèces endémiques, il faut noter le Pachypodium rosulatum et l'aloes isaloensis qui vivent sur les rochers ainsi que le bismarkia nobilis, palmier typique qui a la particularité de résister au feu.

 

 

A la recherche de pâturages pour ses troupeaux, le peuple Baraoriginaire du Sud-Est aride de l'île, est venu s'établir dans l'oasis de Isalo. Ce peuple a historiquement fait usage des labytinthes du massif comme refuge pour le bétail. Aujourd'hui, les hautes falaises sont encore utilisées comme lieux de sépulture.

 

 

 

L'écotourisme dans le parc est créateur d'emplois pour les riverains. Par ailleurs, la moitié des droits d'entrée dans le parc est allouée au financement de projets de développement au bénéfice des populations locales.

 

Nuit à Ranohira - Hôtel Isalo Ranch.

 

 

13ème jour (20 août) : 

 

En route pour Fianarantsoa et visite de la ville considérée comme capitale universitaire, intellectuelle et religieuse du pays. C'est dans cette ville que l'on trouve la plus grande concentration d'eglises.

 


 

 

14ème jour (21 août) :

 

Tous les guides touristiques conseillent de prendre le seul train de voyageurs en activité à Madagascar, destination Manakara sur la côte Est. Le trajet est de 163 km et le temps estimé entre 7 et 12 heures. Il y a deux départs par semaine. Nous avons donc la veille réservé nos billets en 1ère classe (dédiée au Vazahas c'est à dire aux blancs) pour un départ à 7h30 le 21 août. Rivo doit faire quant à lui le trajet en voiture (environ 250 km) avec nos bagages  et nous récupérer à Manakara. Arrivée donc à la gare de Fianarantsoa  avec un peu d'avance pour ne pas louper le départ. Le temps passe,  la foule des passagers grandit et ... pas de train en vue sur le quai avant 10h30. Nous partons donc avec 3 heures de retard et, contrairement à ce qui était prévu, nous nous retrouvons en 2ème classe dans un wagon bondé en compagnie de familles malgaches (ce qui n'est pas pour nous déplaire) qui prennent occasionnellement ce train pour faire du petit commerce ou retrouver des proches dans les villages désservis par la ligne. Chacun semble résigné à un long trajet dans des conditions particulièrement difficiles et vétustes. Les enfants en bas âge et les nourissons assoupis sur le sein de leurs mères sont étonnament sages. Nous en prenons certains sur nos genoux pour soulager les mamans qui se retrouvent assises par terre dans la travée centrale.

 

Ce train que nous empruntons a la particularité d'être à la fois un train pour voyageurs et marchandises d'où la variabilité du temps de trajet qui est fonction de l'activité commerciale du moment tout au long de la ligne. Dans cette région montagneuse, il roule tant bien que mal à une moyenne de 20 km/h, traverse 48 tunnels et emprunte 67 ponts. Nul ne sait à l'avance combien de temps il sationnera dans chancune des 18 gares désservies. Ce jour là, nous mettrons 13h30 pour atteindre Manakara, avec notamment un arrêt d'environ 2 heures dans une gare en raison du déchargement d'un wagon de matériaux de construction arrimé au train en cours de trajet. Par ailleurs, dans chacune des gares les habitants riverains chargent ou proposent aux voyageurs leurs produits locaux. Dans cette région très enclavée, c'est le seul moyen pour eux de commercer avec les autres districts de l'île.

 

Enfin voilà, nous sommes arrivées saines et sauves mais nous pouvons dire que le parcours a été quelque peu éprouvant d'autant qu'il n'était pas évident de quitter sa place pour se dégourdir les jambes lors des arrêts dans les différentes gares. Fort heureusement, Rivo était bien là à notre arrivée et nous avons pu rejoindre vers minuit l'hôtel que Catherine avait eu la bonne idée de réserver à l'avance. 

 

 


 

Nuit à Manakara, hôtel "Les Flamboyants"

 

 

15ème jour (22 août) :

 

Petite pose à Manakara pour des balades en pirogue et à pieds le long du canal des Pangalanes et la visite de villages de pêcheurs, en compagnie d'un guide local.

 

 

 

Nuit à Manakara, hôtel "Les Flamboyants"

 

 

16ème jour (23 août) :

 

En route pour Ranomafana. Nuit à l'hôtel Christo à 5 km du parc. Superbe environnement !

 


 

 

17ème jour (24 août) :

 

Visite du parc national de Ranomafana (superficie 41601 hectars) situé à 394 km au Sud-Est de Tananarive. Là encore on trouve des lémuriens mais aussi de nombreuses espèces d'oiseaux, d'amphibiens, de lézards, de carnivores comme les mangoustes ... La végétation est aussi très luxuriante : fougères arborescentes, ficus étrangleurs, palmiers ...

 


 

En début d'après midi, nous reprenons la route pour Ambositra et traversons au passage de sympathiques villages un peu à l'écart de la route principale, Rivo ayant eu la bonne idée d'emprunter une piste peu fréquentée. L'accueil dans ces villages nous semble encore plus chaleureux qu'ailleurs et les discussions avec les habitants lors de nos arrêts s'engagent facilement.

 


 

Nuit à Ambositra, hôtel Artisan

 

18ème jour (25 août) :

 

Nous passons la matinée à déambuler dans l'agréable ville d'Ambositra qui se caractérise par le travail du bois comme en témoignent les balcons des maisons. L'activité y est intense et le marché est à ne pas manquer. 

 

 

La fin de notre voyage approche. Il nous faut reprendre la route pour la capitale.

 

 

Nuit à Tananarive, hôtel ???

 

19ème jour (26 août) :

 

Visite de Tananarive. Nous avons pris très peu de photos car il nous avait été fortement déconseillé de déambuler avec nos appareils, sacs et papiers. De fait, en début de matinée, malgré le peu que nous avions sur nous, nous avons bien failli être détroussées par une petite bande d'ados qui ont la particularité de s'en prendre aux touristes. Cela nous a quelque peu refroidies pour le restant de la journée aussi, nous n'avons pas véritablement profité de la capitale.

 


 

Afin d'éviter les monstrueux embouteillages du matin qui risquaient de nous faire louper notre avion pour Paris, nous avons passé la nuit à l'hôtel du Cheval Blanc, proche de l'aéroport.

 

20ème jour (27 août) : 

 

Envol pour Paris.

 

***

 

Voilà, c'était un très beau voyage et, au delà de ce que j'ai pu représenter, nous gardons aussi beaucoup de souvenirs qui resteront gravés dans nos mémoires. Il règne beaucoup de misère à Madagascar mais son peuple est malgré cela très accueillant. Le potentiel de ce pays est aussi énorme et il a beaucoup de richesses non encore exploitées. Le défi des prochaines générations sera de mettre en place une réelle gouvernance démocratique.

 

***

Voilà le parcours effectué

 

 

 

L'île est grande et qui sait, peut-être un jour y retournerons-nous pour visiter sa partie nord.

 

 ***

 

 

 

 

 

 

 



28/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres